La restauration de la Grande Pancarte de l’Abbaye Saint-Martin de l’Ile-Barbe (1367), AD Rhône 10 G 3408

Le cartulaire-rouleau de l’Abbaye de l’Ile-Barbe conservé aux Archives du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon sous la cote 10 G 3408 a récemment fait l’objet d’une restauration approfondie. Le document méritait en effet un traitement minutieux afin de retrouver son aspect originel et sa souplesse.

Ce rouleau de parchemin de 34 mètres de long pour une dizaine de kilos a malheureusement subi au cours du temps des dégradations d’origines multiples. Tout d’abord, le rangement à la verticale a causé des affaissements, des déchirures et des lacunes très nombreuses sur tous les bords du document. Le parchemin n’a par ailleurs pas été suffisamment protégé contre la poussière et les polluants externes, ce qui l’a particulièrement encrassé sur toute sa longueur. Les deux premières peaux ont probablement subi un dégât des eaux et comportent d’importantes déchirures et lacunes. Enfin, les anciennes réparations en parchemin l’ont fortement contraint et ont provoqué des déformations bien souvent irréversibles.

Le document est arrivé à l’atelier de restauration interne en 2020, sous la forme d’une boîte circulaire faite sur-mesure. Il ne sortait que rarement  pour consultation puisqu’il avait été microfilmé.

Préalablement à la restauration, le rouleau a fait l’objet d’un constat d’état détaillé accompagné de nombreuses photographies et schémas documentant son état de conservation. Des spot-tests ont également été effectués, afin de déterminer la sensibilité des encres d’écriture et d’estampillage aux solvants susceptibles d’être employés au cours de la restauration (eau et éthanol en particulier).

Une fois cette phase de documentation effectuée, la restauration a pu débuter.

Le format exceptionnel du Cartulaire de l’Ile-Barbe a contraint à adopter une organisation de travail particulière. Un poste de travail a été aménagé en combinant plusieurs tables, de manière à pouvoir dérouler environ 3 mètres de document. Le rouleau a ainsi pu être déroulé d’un côté et ré-enroulé graduellement à l’autre extrémité, au fur et à mesure de l’avancée de la restauration.

Le parchemin a tout d’abord été minutieusement dépoussiéré et gommé avec des pinceaux et des gommes-éponges douces. Cette étape a permis de retirer toute la poussière volatile ou encrassée et de retrouver de la lisibilité sur les textes. Les anciens renforts – scotchs, points de couture, larges morceaux de parchemin – ont été retirés à sec avec un scalpel, ou à l’humide avec un gel aqueux et de fines spatules. Les deux premières peaux, particulièrement abîmées par la coulure d’eau et les anciennes réparations, ont été démontées et traitées à part, avant d’être rattachées.

Le début du rouleau, ainsi que tous les bords froissés, ont fait l’objet d’une mise à plat. Pour ce-faire, ils ont été lentement humidifiés au moyen de buvards humides et de membranes  Goretex puis placés sous poids pendant plusieurs heures.

Les peaux ainsi mises à plat ont ensuite pu être consolidées localement.

Des papiers japonais de différents grammages ont été teintés à la peinture acrylique, de manière à se rapprocher de la couleur du parchemin. De fines bandelettes de papier ont ensuite été découpées, puis collées sur les déchirures au verso du document. Les lacunes ont quant à elles été comblées en deux temps : un papier de grammage moyen a été employé au verso des peaux, pour servir de support aux comblements plus épais appliqués ensuite au recto.

Afin de se « fondre » au mieux et de ne pas trop attirer le regard, les réparations de déchirures ainsi que les comblements de lacunes ont été retouchés aux crayons de couleur.

Une fois les consolidations et retouches terminées, les deux premières peaux ont pu retrouver leur emplacement d’origine. Un fil de lin a été teinté à l’acrylique pour se rapprocher de l’aspect du fil ancien, puis les peaux ont été recousues au reste du rouleau, en réutilisant les trous de couture d’origine et en imitant les points employés pour l’assemblage des autres peaux entre elles.

Une boîte en carton permanent a été fabriquée sur mesure par un prestataire externe. Elle permet d’assurer une conservation optimale du cartulaire : enroulé autour d’une âme rigide et sur des berceaux, le document ne s’écrasera plus sous son propre poids.

Enfin, la numérisation en haute définition de l’intégralité du rouleau permettra une large diffusion de ce document sur le site internet des Archives départementales et métropolitaines.

Agathe Daronnat et Laure Deuche


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Baptiste Renault (20 décembre 2022). La restauration de la Grande Pancarte de l’Abbaye Saint-Martin de l’Ile-Barbe (1367), AD Rhône 10 G 3408. Rotulus. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts62


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search