Les cartulaires-rouleaux au crible de la codicologie et de l’ecdotique : nouvelles données, nouvelles perspectives [Compte-rendu]

Après quatre années d’inventaire et d’exploitation scientifique des cartulaires-rouleaux conservés en France, l’équipe du projet ANR ROTULUS s’est réunie à Nancy, le 7 novembre 2022, pour une dernière journée d’atelier intitulée Les cartulaires-rouleaux au crible de la codicologie et de l’ecdotique. Nouvelles données, nouvelles perspectives. Les objectifs de cette rencontre étaient d’abord de présenter un premier bilan de l’inventaire et de l’édition des cartulaires-rouleaux et ensuite d’envisager les nouveaux questionnements liés aux réalisations de ce projet.

Après un accueil chaleureux, Jean-Baptiste Renault a pris la parole pour présenter de manière globale les premiers résultats du projet. Le projet s’était fixé quatre objectifs : inventorier, éditer, exploiter et valoriser les cartulaires-rouleaux conservés en France. Au début de l’étude seuls 60 cartulaires-rouleaux étaient connus grâce au répertoire d’Henri Stein et à la base CartulR, le projet a permis d’en trouver 114 de plus et donc de porter le nombre de cartulaires-rouleaux conservés en France à 174. Au vu du signalement de certains inventaires d’archives il est fort possible que d’autres cartulaires-rouleaux, désormais pliés, dorment encore dans les liasses des institutions de conservation. L’immense majorité des rouleaux est conservée dans des archives départementales proches de leur lieu de production. Font exception les rouleaux conservés à Paris et ceux issus des ordres militaires conservés dans les villes anciennement siège de provinces (« prieurés » et « langues ») comme Toulouse, Lyon et Marseille. Les cartulaires-rouleaux représentent environ 15% des cartulaires conservés, ce qui n’est pas négligeable. Ils font leur apparition au XIesiècle au Sud de la Loire, se développent ensuite au XIIe siècle, le XIIIe siècle semble être un plateau, enfin un déclin s’amorce à la fin du Moyen Âge. Les rouleaux se développent plus tardivement au Nord de la France, principalement entre le dernier tiers du XIIIe et la fin du XIVe siècle, mais on assiste à de belles productions, notamment à Cambrai avec 16 cartulaires-rouleaux. Les rouleaux sont surtout issus des ordres bénédictin, cistercien et militaires, ils sont parfois d’origine princière ou urbaine. Ensuite Jean-Baptiste Renault présente très rapidement l’édition critique qui a fait l’objet de la présentation suivante, puis pour l’exploitation des données, il fait le bilan des 5 rencontres qui ont eut lieu enfin, pour ce qui est de la valorisation, il présente l’ exposition « Rotulus, un patrimoine médiéval à dérouler » (à la BU SHS de Nancy du 2 novembre au 16 décembre 2022), exposition également présentée à Évreux (Archives départementales de l’Eure) et qui circulera ensuite à Paris, aux Archives Nationales (18 janvier au 13 mars 2023) puis à Épinal et Angers, notamment. Cette exposition cible à la fois l’écrit et son support au Moyen Âge, les rouleaux et leurs multiples usages en insistant sur les rouleaux monastiques des XIe, XIIe et XIIIe siècles.

L’édition des cartulaires-rouleaux français des établissements réguliers jusqu’à la fin du XIIIe siècle était un enjeu majeur du projet ROTULUS, Tamiko Fournier-Fujimoto a donc présenté un premier bilan de cette édition qui se fera en 4 tomes en fonction des provinces ecclésiastiques. Cette édition comprend pour le moment 70 rouleaux. La présentation visait à donner quelques données chiffrées sur les rouleaux de ce corpus, en évoquant leur matérialité (dimensions, support, assemblages…) et leur contenu. 38 de ces rouleaux sont complets, 32 sont incomplets et 26 sont opistographes. 13 rouleaux sont pour le moment exclus de cette présentation en raison de leur caractère hors norme. Le plus petit mesure moins de 40 cm et le plus grand 8 mètres. La largeur varie de 6,4 à 42 cm, le nombre de peaux de 2 à 19. 23 rouleaux sont assemblés au moyen de bandes de parchemin, 27 cousus avec du fil, 1 par collage ; 4 ont des fils teintés. L’ensemble de ces rouleaux constitue 938 actes. Tous les rouleaux comprennent des actes en latin, dont 3 contiennent des passages en occitan. Faisant exception, 3 rouleaux originaires de Metz sont entièrement en français. 471 actes sont des chartes, 392 sont des notices, 56 des actes pontificaux. Parmi ces derniers, 32 proviennent d’un seul et même rouleau ; par conséquent, pour la période évoquée le cartulaire-rouleau semble rarement choisi pour copier des actes pontificaux. Les actes de donation et de confirmation sont particulièrement nombreux. Tamiko Fournier-Fujimoto conclue en se demandant si une typologie des cartulaires-rouleaux en fonction du type d’acte peut être intéressante pour cette édition.

Pour conclure la matinée, Élodie Papin a présenté la publication en ligne de l’inventaire des cartulaires-rouleaux issu du projet ROTULUS, dont le lien avec les humanités numériques était un des enjeux. Publié sur la plateforme Rotuli, l’inventaire comprend 184 fiches descriptives correspondant au nombre de cotes de l’ensemble des rouleaux et des fragments de rouleaux. Ces fiches font la synthèse des données collectées en archives. Elles contiennent 24 rubriques qui vont de la cote et du lieu de conservation au référencement du rouleau dans les bases de données en ligne en passant par la date de rédaction, les dimensions, l’état de conservation, le support, les modalités d’assemblage, etc. Élodie Papin rappelle comment a été conçue cette base de données sous Omeka S. Elle a notamment évoqué les difficultés rencontrées pour faire coïncider le vocabulaire du web sémantique avec la langue de l’historien. La démonstration du fonctionnement de la base de données a permis d’en montrer toute la richesse et les possibilités de recherche qu’elle offrait. Des recherches avancées peuvent être effectuées à partir des collections, pour chaque champ de description et, même, par la géolocalisation des contenus. Les photographies prises de chaque rouleau au cours du projet ne sont pas mises en ligne, mais toutes les numérisations déjà existantes sur des sites institutionnels ou plateformes (BVMM ou gallica) sont indiquées et rendues accessibles.

La journée s’est poursuivie par la seconde intervention d’Élodie Papin qui portait sur la matérialité des cartulaires-rouleaux du XIe au XVe siècle. Cette présentation s’intéressait aux supports, aux techniques d’assemblage et aux formats de cette documentation à travers un certain nombre de données chiffrées. Sur les 184 unités matérielles décrites (cartulaires-rouleaux ou fragments), 165 sont en parchemin et 19 en papier. Le papier n’est pas présent dans le sud de la France mais apparaît au XIVe siècle, plutôt dans les régions de l’Est. Les rouleaux opistographes sont de moins en moins nombreux au fil des siècles. Si les rouleaux sont nettement plus longs au XIVe siècle, leur largeur semble moins variée en fonction des siècles. Quant à l’assemblage des peaux ou des feuilles de papier, il en existe parfois de plusieurs types sur un même rouleau. Avant le XIIe siècle on use de bandes de parchemin mais le fil apparaît peu à peu au XIIe siècle et devient exclusif aux XIVe et XVe siècles. De même la couture prend de moins en moins de place sur le support. Le fil naturel est majoritaire, lorsqu’il est teinté, les couleurs bleue et blanche sont les plus fréquentes. Quant aux points de couture, le point droit est le plus fréquent. Dans l’Ouest le point de bouillon et le point zigzag se rencontrent au XIIe et au XIIIe siècles. À la fin du Moyen Âge le point glissé se répand. Enfin, la numérotation des peaux est souvent une intervention contemporaine. Lorsqu’elle est médiévale elle semble servir à se repérer lors de l’assemblage, ainsi on la rencontre souvent au XIVe siècle, époque où les rouleaux sont plus longs. La présentation se conclue avec la mention de cas particuliers comme la présence d’un ombilic, d’un lien de fermeture ou de sceaux, cas assez rares et parfois même uniques.

Les deux présentations suivantes s’intéressaient à deux corpus régionaux. Thomas Roche est intervenu pour essayer d’établir une typologie des cartulaires-rouleaux normands jusqu’au XIIIe siècle. Le corpus normand lui semble être un bon exemple pour essayer de mieux cerner ces documents. En effet, il est à la fois de dimension raisonnable et les trois premiers siècles du Moyen Âge sont assez bien représentés. En outre ces rouleaux sont à peu près de dimensions égales. L’intervenant essaie ensuite de montrer le processus de réalisation d’un rouleau. Il distingue quatre types : le rouleau constitué a priori, par agrégation, par addition et par hésitation. Le premier est un rouleau qui a été conçu au préalable comme tel, le second un rouleau accidentel devenu un rouleau par assemblage, le troisième un rouleau agrandi au fur et à mesure, et enfin le quatrième un rouleau dont le projet de fabrication a été modifié. Puis il distingue les types de rouleaux avec ceux qui contiennent des dossiers de dépendances, ceux qui tirent vers le liber traditionum ou la chronique et ceux qui sont des outils de gestion, ces catégories n’étant pas exclusives. Enfin il pose la question du rouleau comme une forme réflexe qui aurait été remplacée par l’usage de cahiers de papier.

Guillaume Henrion (Université de Lorraine) a poursuivi en donnant quelques observations sur les deux rouleaux vosgiens qu’il a étudié en master 1 en les replaçant dans leur contexte régional, au sein de l’espace lorrain. Ces deux rouleaux sont issus des chapitres séculiers de Saint-Dié et de Remiremont. Le premier a été écrit vers 1364 lors d’un conflit sur une affaire fiscale avec le duc de Lorraine Jean Ier, le second vers 1431 pour une confirmation de privilèges lors de la guerre civile sous le duc de Lorraine René Ier. Après avoir montré que ces deux rouleaux étaient deux exemples typiques de la production lorraine de rouleaux à savoir qu’en Lorraine les cartulaires-rouleaux ne sont présents qu’à partir du XIIIe siècle comme les autres types de rouleaux, qu’ils sont de petites dimensions et que Metz est le principal centre de production, Il s’est intéressé à l’origine du papier du rouleau romarimontain à travers l’étude des filigranes en montrant qu’il s’agissait sans doute d’une production champenoise ce qui semble en rapport avec les autres rouleaux lorrains de la même époque. Enfin il a montré l’intérêt du décor du cartulaire-rouleau de Saint-Dié siècle qui semble avoir été réalisé davantage pour un aspect décoratif ou symbolique que pour une quelconque raison pratique.

Enfin la journée s’est conclue avec deux présentations qui portaient chacune sur un rouleau. Xymista Mignon (Université de Limoges) a présenté un rouleau de l’abbaye de Solignac (Haute-Vienne) qu’il étudie dans le cadre de son master. Il rappelle d’abord le contexte de l’abbaye avec l’élection d’un nouvel abbé et l’existence d’un conflit entre lui et le curé d’Ayen (Corrèze). Ce conflit a obligé l’abbé à de nombreux déplacements entre en Solignac et le Berry au milieu du XIIe siècle. Puis il présente ce rouleau incomplet long de 1135 mm et large de 170, composé de 31 actes en latin sur trois peaux opisthographes. Il comporte des traces de fermetures, fait assez rare. Il montre que ce rouleau est composé à la fois des décisions de justice mais aussi de lettres dédicatoires de l’abbé de Solignac. Les actes ne sont pas datés et il évoque la difficulté pour retracer la chronologie des différents actes. Xymista Mignon pense que ce rouleau a été rédigé dans l’objectif de se souvenir du déroulé de ces événements mais l’affaire a sans doute duré plus longtemps que prévue puisqu’au fil de sa composition l’écriture se simplifie. L’abbé de Solignac a choisi cette forme documentaire pour sa souplesse permettant d’ajouter des peaux sur les précédentes.

Caroline Carlon s’est intéressée au plus grand cartulaire-rouleau conservé en France originaire de l’Île Barbe (Rhône), long de près de 35 mètres, composé de 43 peaux, datant du XIVe siècle. Il consigne 106 actes du XIe au XIIIe siècle, rangée par grandes thématiques. Ce rouleau vient d’être restauré par les archives du Rhône, par le passé il a subi de très nombreuses restaurations parfois invasives. Elle s’est beaucoup intéressée à la fabrication de ce rouleau et au double système de numérotation des peaux, l’un étant moderne, l’autre médiéval. Le système médiéval est incomplet mais il lui semble qu’il a servi à assembler les différentes peaux entre elles. Une des questions majeures est de comprendre les causes qui ont pu pousser à la rédaction d’un tel cartulaire en rouleau plutôt qu’en codex. La force symbolique d’un tel objet est sans doute à prendre en considération. Le texte est particulièrement soigné mais on ne trouve aucune rubrique pour faciliter le repérage dans les actes qui sont copiés les uns à la suite des autres. Ce rouleau pose encore beaucoup de question et Caroline Carlon n’est encore qu’au début de cette étude.

De manière générale cette journée a permis de montrer que l’exploitation des nombreuses données évoquées restait encore à poursuivre. L’approche de la matérialité, facilitée par la réalisation de notices codicologiques dans le cadre du projet ROTULUS a souvent servi de point de départ à l’étude des compilations en rouleau. En effet, les données objectives, fournies par l’étude physique des documents, se prêtent désormais plus facilement à l’interprétation grâce à la possibilité d’établir des comparaisons, des moyennes pour une époque ou une région. Mettre en relation l’adéquation entre la forme et le contenu pour tenter de comprendre un projet rédactionnel devient plus facile grâce aux données du projet ROTULUS. Ouverte à de nouvelles enquêtes, cette journée a permis de préluder au déploiement de nouvelles perspectives, notamment celles axées sur les nombreux cartulaires-rouleaux de la fin du Moyen Âge, moins étudiés au cours du projet.

Guillaume Henrion


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Baptiste Renault (20 décembre 2022). Les cartulaires-rouleaux au crible de la codicologie et de l’ecdotique : nouvelles données, nouvelles perspectives [Compte-rendu]. Rotulus. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts61


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search