Atelier “Actes brefs ou abrégés dans les cartulaires-rouleaux” (6 octobre 2021) [Compte-Rendu]

Intervenants : Thomas Roche, Sébastien Fray, Jean-Baptiste Renault.

Parmi les questionnements qui ont émergé lors du travail d’édition critique mené dans le cadre du projet ROTULUS, le traitement à accorder aux unités documentaires brèves présentes dans les cartulaires-rouleaux s’est distingué. L’argumentaire de cet atelier proposait d’envisager aussi bien des actes abrégés à l’occasion de la transcription, des actes nativement brefs ayant fait l’objet d’une transcription et même d’éventuels actes brefs en primo-inscription sur les cartulaires-rouleaux.

En introduction, Jean-Baptiste Renault (Univ. de Lorraine, CRULH) évoque les espaces et types d’institutions concernés par la présence d’unités documentaires brèves. Les actes brefs ou abrégés s’observent particulièrement au sein de cartulaires-rouleaux monastiques du XIe, du XIIe et du début du XIIIe siècle[1]. À défaut de pouvoir décrire de façon définitive la géographie du phénomène, on peut mentionner les régions concernées : outre la Normandie et le Val de Loire cela concerne surtout les régions méridionales avec l’Aquitaine, le Midi toulousain, les contreforts méridionaux et orientaux du Massif Central (Gévaudan, Velay et Vivarais), la Catalogne et enfin la Provence. Notons-le, les espaces concernés possédaient des cultures documentaires probablement assez différentes, comme les travaux récents sur les « régions diplomatiques » ont pu le montrer et au sein desquels les modalités d’une instrumentation brève notamment ont pu varier.

La place accordée aux actes brefs ou abrégés ainsi qu’aux notices brèves dans les cartulaires-rouleaux varie selon les cas. Ils peuvent constituer l’essentiel de la matière compilée ou, bien au contraire, une partie seulement. Par ailleurs, au sein d’un rouleau, alors que les unités documentaires brèves se distinguent parfois par une certaine unité en ce qui concerne le formulaire aussi bien que les types juridiques, il arrive également qu’elles forment une matière beaucoup plus variée. Dans l’espace du rouleau, il arrive cependant, assez fréquemment, que les unités brèves aient été regroupées à la fin (cartulaire-rouleau de Villejoubert, cartulaire-rouleau de Saint-Victor de Marseille relatif à Saint-Antonin). A-t-on laissé pour la fin des actes moins formalisés, moins solennels, ou dans certains cas aurait-on choisi d’abréger davantage des documents à la fin pour qu’ils tiennent sur une peau ? On peut rarement répondre de façon claire à cette question. Dans certains cas, on pourrait objecter que la dernière peau a également pu être découpée pour pouvoir récupérer la surface inoccupée et il arrive relativement fréquemment que la dernière peau soit moins haute que les autres peaux. En revanche, lorsque les réglures sont beaucoup plus serrées sur une dernière peau, on peut supposer qu’on a voulu effectivement « serrer » (cartulaire-rouleau relatif à Saint-Antonin).

Si l’on doit explorer l’hypothèse de l’abrègement pour la transcription, il convient de rechercher parallèlement la possibilité d’une instrumentation nativement brève et la pratique des traditions à l’instar de ce qui a pu être observés dans certains Libri traditionum. Ce discernement suppose une bonne connaissance du contexte documentaire et des pratiques locales. En se focalisant sur la réception ou la mise en œuvre des unités brèves dans les rouleaux, il convient d’éclairer ce phénomène en prenant en compte d’autres pratiques comparables : copier des actes brefs au sein de cartulaires en codex ou sur de grands parchemins (parfois peu différents dans leur mise en page et leur format de nos rouleaux). Ainsi, on trouve pour Moissac, un parchemin que l’on peut qualifier de pancarte, ne comportant que des actes de restitution de dîmes (AD Tarn-et-Garonne, G 668). En ce qui concerne l’abrègement des unités documentaires au bas du cartulaire-rouleau du prieuré de Villejoubert, on peut remarquer qu’elle s’observait de façon identique dans une section du cartulaire-codex de Saint-Amand-de-Boixe.

Thomas Roche présente d’abord les constats réunis lors de son travail d’édition du cartulaire-rouleau de Saint-Evroult (Paris, BnF, NAL 2527). Plus ancien des cartulaires-rouleaux de Normandie, il contient environ une cinquantaine d’unités documentaires. Celles-ci sont souvent des notices brèves (mais une seule adopte le style subjectif). Si l’on compare avec les actes contemporains de l’abbaye de Jumièges, les unités documentaires transcrites au rouleau sont trois fois plus brèves (moyenne de 258 mots contre une moyenne de 79 mots).

L’approche matérielle met en évidence une rédaction et une fabrication progressive de l’actuel rouleau avec intervention de plusieurs scribes. De façon atypique, on note une inversion des côtés chair et poil pour la première peau par rapport aux autres peaux. La partie la plus ancienne est l’actuel verso de la 1ère peau, côté chair, qui a par la suite été complétée côté poil. Puis on aurait ensuite ajouté des peaux au bas de ce dernier côté. On aurait poursuivi en écrivant au verso (côtés poils des peaux ajoutées. Parmi les dix mains qui sont intervenus sur ce rouleau, on remarque la main d’Orderic Vital. Alors que certains scribes choisissent de revenir à la ligne pour signaler le début d’une nouvelle unité documentaire, d’autres ont recours à une initiale marquée plus fortement ou alors au pied de mouche.

L’interprétation de ces données doit demeurer prudente. Faut-il voir dans la multiplicité des mains et la variété des choix graphiques les indices d’une composition au fil de l’eau procédant peut-être de l’ajout d’actes en primo-inscription ? On remarque des croix de souscription, mais elles ne paraissent pas suffisamment individualisées pour suspecter une autographie à reliée à une possible primo-inscription. Si le contexte documentaire ne peut guère être éclairé du fait de la pauvreté des archives de Saint-Evroult, il est notable que plusieurs notices trouvent des échos dans l’Historia ecclesiastica d’Orderic Vital. Au sein de cet œuvre, dans les livres VI et VI se trouve une succession de notices de traditions qui laisse penser qu’Orderic Vital travaille de la même façon que les moines ont travaillé sur le rouleau de Saint-Evroult.

Ensuite, Sébastien Fray, présente le cas du cartulaire-rouleau du prieuré Saint-Julien d’Orcival (comm. Marcols-les-Eaux, Ardèche), dépendance de l’abbaye de la Chaise-Dieu au diocèse de Viviers. Ce rouleau, actuellement conservé aux Archives de la Haute-Loire, sous la cote 1 H 301 n° 1, se compose de 5 peaux. Résultats de l’intervention d’au moins 6 mains différentes, il semble avoir été rédigé dans la deuxième moitié du XIIe siècle.

Les actes copiés sont particulièrement difficiles à dater en l’absence de formules de datations ni d’acteurs attestés. Parmi les 37 unités documentaires, on identifie des actes en style subjectif mais aussi des notices en style objectif. Alors que les scribes ont pratiqué des retours à la lignes à la fin des chartes en style subjectif, cela est moins systématique pour les documents en style objectifs, une initiale marquée signalant parfois le changement d’unité documentaire.

Le rouleau commence par une charte copiée dans son intégralité. Il y a par ailleurs 9 actes abrégés, presque jamais dotés de listes de témoins et 22 notices succinctes, avec ou sans listes de témoins. On doit enfin noter la présence d’outils de gestion : revenus, liste de dîmes, mention de manse.

La concision des documents copiés fait penser à la matière de certains cartulaires de la région. Pourtant les cartulaires de Chamalières ou de Saint-Chaffre ou encore les Inventoria de Saint-Flour, s’ils comprennent des unités brèves comparables contiennent aussi de nombreux actes complets. Notons par ailleurs que parmi les dépendances de la Chaise-Dieu, on trouve aussi des compilations en pancarte ou en rouleau où les actes copiés sont complets, c’est le cas pour Saint-Baudile de Nîmes.

On soulignera à travers les deux cas présentés, la nécessité de comprendre l’histoire de la rédaction en identifiant autant que possible les mains et en tenant compte des indices apportés par une approche fine de la matérialité.


[1] L’enquête est encore à approfondir parmi les compilations des autres types d’institutions, notamment les commanderies des ordres militaires qui n’ont pas été ciblées par notre entreprise d’édition.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Baptiste Renault (9 juin 2022). Atelier “Actes brefs ou abrégés dans les cartulaires-rouleaux” (6 octobre 2021) [Compte-Rendu]. Rotulus. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts5w


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search