Actes brefs, actes abrégés et notices de traditions dans les cartulaires-rouleaux [argumentaire de l’atelier ROTULUS 06/10/2021]

Cet argumentaire était proposé à l’occasion de la tenue d’un Atelier interne au projet ROTULUS, le 6 octobre 2021.

Lors du travail d’édition des cartulaires-rouleaux des établissements réguliers, nous avons été confrontés de façon récurrente à la présence d’actes de forme brève ou d’unités documentaires informes et concises. Une réflexion est nécessaire sur trois aspects (qu’il conviendrait d’intégrer aux présentations) : la nature de ces petits textes, le sens de leur présence sur un support particulier, enfin la façon dont ces actes ou notices ont été reçus sur l’espace du rouleau.

Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 1 H 69 n° 335
(cartulaire-rouleau de Saint-Victor de Marseille relatif à Saint-Antonin, détail de la deuxième peau).

1) Comment identifier la nature des textes : transcription abrégée, copie d’un acte déjà bref, ou primo-rédaction sous forme brève ?

Les unités documentaires concises sont des documents contrastant par leur concision ou leur structure « simplifiée » (ou modifiée dans le sens d’une réduction) avec des pratiques courantes à une période donnée et pour un espace donné pour la rédaction des actes (suppression de certaines parties du discours, modification de l’ordre des éléments du discours…). Le document transcrit est-il le résultat de l’abrégement d’un acte ? Par ailleurs se pose la question de la tradition de tels documents : a-t-il vraiment existé autre chose en amont (un acte original, une autre copie, intermédiaire ?) ou la transcription nous donne-t-elle à voir de façon native la primo-inscription d’une action juridique ?

Toute action juridique ne faisait pas nécessairement l’objet de la production d’un acte écrit sur parchemin indépendant. Des donations par exemple sont connues par des actes postérieurs, des confirmations pontificales, des mentions dans les documents nécrologiques ou les textes narratifs, etc. On connaît aussi, notamment pour l’Empire et l’actuelle Belgique, les Libri Traditionum, ces recueils de petites notices de traditions relatant très brièvement une action juridique[1]. Des notices de traditions comparables peuplent certains cartulaires en codex ou ont été copié sur de grands parchemins (pancartes ou cartulaires-placards) ou sur des cartulaires-rouleaux. A contrario, des actes également brefs semblent plutôt le résultat de pratiques délibérées d’abrégement des actes lors de la transcription.

Plusieurs questions pourront être abordées :

  • Comment distinguer dans les actes brefs ce qui tient de la transcription (potentiellement abrégée) ou de choix d’une instrumentation concise (« à l’économie ») ?
  • A-t-on retravaillé les actes lors de la transcription : les a-t-on volontairement abrégés ? et si oui, jusqu’où a été mené le travail d’abrégement ? Qu’est-ce qui a vraiment existé avant le cartulaire : des actes écrits sur des parchemins indépendants ou de simples notes ? Autrement dit aurait-on abrégé les documents – pratique assez bien attesté au sein de certains cartulaires en codex – ou aurait-on reproduit des actes de formes brèves : des notices de traditions ? Des situations intermédiaires ou un mélange pouvant être également envisagé.
  • Dans le cas de transcriptions ayant manifestement eu recours à l’abrègement, dans quel but abrège-t-on ? S’agit-il d’obtenir un outil concis en même temps que précis et efficace facilitant la consultation et évitant d’avoir à lire toute une série d’actes du chartrier ?

2) Le rouleau constitue-t-il un support privilégié pour recevoir des actes brefs, actes abrégés ou notices de traditions ?

En ciblant le questionnement sur les rouleaux, on prendra en compte le contexte documentaire de chaque rouleau (pratiques attestées dans un centre d’écriture ou de façon plus générale dans un espace régional) : notamment il s’agirait de comparer avec les pratiques de compilations sur les autres supports : feuilles opistographes ou non (placards, pancartes), cahiers ou codices. En envisageant ces pistes éventuelles, on veillera donc à bien réfléchir aux supports élus pour recevoir les actes brefs ou les transcriptions d’actes abrégés.

  • Le rouleau a-t-il été plus spécifiquement un réceptacle pour des notices de traditions ou y a-t-on plus souvent abrégé les actes ?
  • Dans ce cas, le choix du rouleau entretient-il un lien avec les spécificités de ces actes brefs ?
  • D’assez nombreux rouleaux contiennent des actes relatifs à un lieu, un bien, souvent un prieuré d’une abbaye. Peut-on relier la présence d’actes abrégés ou de notices de traditions dans les cartulaires-rouleaux avec ce constat ?

3) Où et comment ces actes brefs ou abrégés sont-ils reçus sur les rouleaux ?

Tout en prenant en compte de possibles autres témoins de la tradition documentaire, on s’appuiera pour cette étude sur un repérage de possibles vagues de rédaction ou d’addition des cartulaires-rouleaux.

  • Les actes brefs ou les notices de tradition sont-ils préférentiellement inscrits à la fin des cartulaires-rouleaux ? et si oui pourquoi ?
  • Les unités textuelles brèves constitue-t-elle l’essentiel du contenu du rouleau ou seulement une partie et en ce cas comment sont-t-elles organisées : y a-t-il des ensembles les regroupant et par exemple signalés par des rubriques ?
  • Quels principes doit suivre l’éditeur pour le découpage en unités lorsqu’elles sont mêlées ?

[1] Georges Declercq, « Qu’est-ce qu’un liber traditionum ? À propos d’un genre mal défini », in Décrire, inventorier, enregistrer entre Seine et Rhin au Moyen Âge, formes, fonctions et usages des écrits de gestion, (éd. X. Hermand, J.-F. Nieus, E. Renard), Paris, 2012, p. 37-52. B.-M. Tock, « Les actions juridiques et leur mémoire à l’abbaye d’Arrouaise au XIIe siècle », in Dialectica est bene disputandi scientia : mélanges à la mémoire de Jean Werckmeister (éd. L. Kondratuk), Besançon (2018), p. 229-246.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Baptiste Renault (6 octobre 2021). Actes brefs, actes abrégés et notices de traditions dans les cartulaires-rouleaux [argumentaire de l’atelier ROTULUS 06/10/2021]. Rotulus. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts5u


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search