Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire, Colloque ROTULUS, 25-26 mars 2021, Compte-rendu

Organisée par le Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire (Université de Lorraine), la troisième rencontre du projet ANR JCJC ROTULUS s’est tenue en visioconférence les 25 et 26 mars 2021. Le colloque Fonctions des cartulaires-rouleaux : approches sociales et contextuelles d’un genre documentaire a rassemblé les historiens autour de la question des différents rôles qu’ont pu remplir les cartulaires-rouleaux au Moyen Âge. Il s’agissait d’évaluer si les spécificités matérielles des compilations en rouleau pouvaient répondre à des objectifs ou des missions particulières. La réflexion proposée aux intervenants était axée sur de premières hypothèses nées au regard d’observations statistiques sur le corpus des cartulaires-rouleaux médiévaux conservés en France (voir l’argumentaire).

L’inventaire national, en voie d’achèvement, permet à Jean-Baptiste Renault (IE, CRULH, Université de Lorraine), porteur du projet, de présenter des résultats provisoires. Le dépouillement des archives et bibliothèques a permis de repérer près de 180 recueils, dont soixante-dix concernent des institutions monastiques entre les Xe et XIIIe siècles. Les plus anciens cartulaires-rouleaux apparaissent dans le courant du XIe siècle, presque toujours dans des monastères. La chronologie est marquée par deux dynamiques successives : une moitié sud de la France est d’abord plus massivement touchée ; puis, à partir du milieu du XIIIe siècle, la tendance s’affirme dans plusieurs régions septentrionales alors que la typologie des commanditaires a tendance à se diversifier. Les institutions bénédictines se détachent parmi les principaux commanditaires de cartulaires-rouleaux. Dans environ la moitié des occurrences, leurs rouleaux accueillent des actes relatifs à un bien ou un lieu et, fréquemment, à une dépendance monastique. Cette tendance est à souligner pour le XIIe siècle, époque pour laquelle les cartulaires-codices relatifs à des prieurés sont rares. Dans certains cas, la rédaction de cartulaires-rouleaux intervient pour des prieurés très éloignés de leur abbaye-mère (ceux de Saint-Victor de Marseille ou de Saint-Florent de Saumur p. ex.), posant la question d’un lien entre projet rédactionnel et perspective d’un envoi documentaire. Les compilations de prieurés relativement proches de leur abbaye-mère (de 40 à 100 km de distance) sont toutefois plus nombreuses. D’autres facteurs ont pu jouer dans le choix du rouleau. Outil facile à réaliser, le rouleau pouvait concentrer des informations utiles à la gestion d’une dépendance. Une autre typologie fonctionnelle repérée constitue le second axe de réflexion proposé : le rouleau semble avoir souvent été choisi pour assembler des documents relatifs à un conflit ou constituer de petits dossiers de défense.

La première session est consacrée aux cartulaires-rouleaux des établissements réguliers et à leur place dans la gestion domaniale et l’organisation des réseaux institutionnels, dont une première analyse a mis en évidence la nécessité d’une approche comparative de la documentation. Aux compilations des établissements de moines noirs s’ajoutent des approches consacrées aux rouleaux des Cisterciens, Prémontrés et Franciscains, élargissant le regard à travers de possibles similitudes, mais aussi peut-être d’autres fonctions attribuées aux recueils en rouleau.

S’intéressant à la riche production écrite documentaire de l’abbaye Saint-Florent de Saumur, Paul-Henri Lécuyer (chargé d’études documentaires, Archives départementales de Maine-et-Loire) analyse les six cartulaires-rouleaux de ce monastère bénédictin, produits du XIe au XVe siècle et parmi lesquels prédominent les rouleaux de dépendance. Émettant des hypothèses sur les modalités d’élaboration et la fonction de ces rouleaux, il met en évidence la possible concomitance entre la réalisation du rouleau dit « des privilèges » et celle du Livre noir de Saint-Florent dans le troisième quart du XIe siècle. Ce rouleau présente des copies soignées et figurées, donnant à voir une « image » de diplômes carolingiens à travers la reproduction des litterae elongatae ou des signes graphiques et même en partie de la mise en page de ces actes prestigieux. La rédaction de ce rouleau et celle du Livre Noir seraient liées à la politique d’acquisition et de récupération de biens laïques et à la volonté de promouvoir le prestigieux passé de l’établissement. Le rouleau dit « opistographe » se compose, quant à lui, de deux contenus distincts sur chacune des faces, l’un concernant les domaines tourangeaux et l’autre les biens du monastère situés outre-Manche. Si certaines de ses caractéristiques concordent avec celles des actes originaux, du Livre noir et du Livre blanc, les motivations réelles du copiste sont difficiles à cerner. Enfin, les quatre rouleaux de dépendances (L’Abbaye-sous-Dol, Dénezé, Saint-Gondon et Montcaret), parfois composés de contenus hybrides (outre les chartes et notices on y trouve des listes de cens et d’églises), sont rapprochés des nombreuses grandes pancartes conservées dans le chartrier florentin (à savoir une trentaine, élaborées principalement entre 1070 et le début du XIIe siècle) : ils auraient pu constituer des dossiers aux fonctions assez similaires à celles-ci.

La mise en parallèle des rouleaux avec les autres types de productions scripturaires comme les codices et les pancartes en Val de Loire aux XIe-XIIIe siècles est également réalisée par Chantal Senséby (MCF HDR, Université d’Orléans) afin de comprendre les choix documentaires des copistes. Parmi les compilations, les cartulaires-rouleaux demeurent marginaux dans la région par rapport aux codices et aux pancartes, déjà fréquemment employés au cours du XIe siècle. Malgré une légère inflexion au XIIe siècle, le succès du codex reste continu. Rédigé à la fin du XIIe siècle, le cartulaire-rouleau de l’abbaye Sainte-Marie de la Charité d’Angers, dite « du Ronceray », est hors-normes : il est constitué de six rouleaux opistographes, composés de six à huit peaux enroulées autour d’un ombilic en bois, présentant un titre et une table. Organisées par centaines, les copies s’accumulent sans classement interne évoquant un possible inventaire des chartes, plutôt qu’un cartulaire qui aurait pu exister en codex. En effet, l’ordre dans lequel les actes ont été copiés pourrait être tributaire du classement physique des actes et constituer un reflet de la sédimentation des actes (à savoir, les documents les plus anciens dans le premier rouleau et les actes datant de l’abbesse Emma dans le dernier). Par contraste, le rouleau était davantage concurrencé aux XIe-XIIe siècles par la pancarte, outil favorisant la circulation de l’information entre les différents lieux de conservation d’archives. Les deux types s’avèrent apparentés par leur fonction et même par leur forme (certaines pancartes pouvaient être conservées roulées). Cependant, au-delà d’une quinzaine d’actes, on ne pouvait se satisfaire du recto d’un parchemin unique.

Une troisième intervention, mettant en exergue le recours au rouleau par les moines noirs au cours de ce XIIe siècle fécond en compilations, concerne le cartulaire-rouleau de Saint-Étienne de Caen relatifs aux donations des dîmes de Cambes-en-Plaine et d’Hérouville (Calvados). S’appuyant sur une description matérielle détaillée, Tamiko Fournier-Fujimoto (chercheuse associée, CRAHAM – Université de Caen Normandie) analyse la composition textuelle de ce rouleau produit dans les années 1170. Introduit par un bref du roi Henri II d’Angleterre rappelant que « sic carte eorum quas inde habent testantur », le rouleau est conçu comme un outil d’auto-défense par les moines. Il est destiné à des lecteurs extérieurs à l’abbaye bénédictine, comme le suggère l’emploi à plusieurs reprises du pronom personnel « nos » par le scribe. En cas de contestation, sa lecture et sa démonstration, auxquelles participent par leur effet visuel les rubriques en majuscules tracées à l’encre rouge, sont faites devant les paroissiens de Cambes.

En Normandie, comme dans le Nord de la France, d’autres usages du rouleau en tant qu’outil de gestion sont attestés : censier, rentier, listes ou inventaires. À cet égard, la présentation de l’inventaire en rouleau des franciscains de Rouen (Archives départementales de Seine-Maritime, 35H2), réalisée par Yingxin Luan (doctorante, EHESS), nous permet d’approcher un genre qui constituait peut-être parfois une alternative par rapport aux projets de compilation. Pour comprendre les fonctions de ce rouleau, rédigé après 1276 et contenant une préface et soixante-quatorze analyses explicitant la typologie des actes, sont évoqués les interactions avec les actes originaux et d’autre part le bullaire en codex des franciscains de Rouen. S’il peut être pensé qu’il fut élaboré dans le cadre d’un procès à l’encontre des franciscains dans les dernières années du XIIIe siècle, ce rouleau se présente comme un véritable outil de gestion interne facilitant la consultation et la conservation des documents d’archives des frères mineurs. Ce document synthétique témoigne de nouvelles pratiques suite à une série d’acquisitions de terres favorisant l’installation intra-muros des franciscains ; en effet, du fait de l’interdiction d’avoir des propriétés, imposé par l’ordre franciscain, les informations réunies dans ce rouleau indiquent que les frères se sont débarrassés de propriétés qui ont été transmises à l’archevêque de Rouen et à Louis IX par l’intermédiaire des bourgeois rouennais. Le rouleau pouvait donc témoigner du bon respect de la règle.

Ayant à sa disposition un rouleau et un codex dans le fonds de l’abbaye cistercienne de Chiaravalle Milanese, Louise Gentil (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Università degli studi di Milano) a exploré les spécificités du rouleau relatif à la grange de Torrevecchia. Il est formé d’une transcription paratactique de trente actes qui n’évoquent jamais l’abbaye, accompagnée d’un unique acte notarié d’authentification daté de 1297. Ce sont uniquement des actes notariés entre des individus possessionnés dans le territoire de la grange, ordonnés selon un classement spatial et thématique. Le rouleau reflète la concentration foncière par trois familles aux XIIe et début XIIIe siècle, suggérant une nécessité pour les cisterciens de ré-authentifier ces actes hérités, afin peut-être de produire une preuve de l’antériorité de leurs droits, après les achats massifs effectués par l’abbaye à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle que révèle le cartulaire-codex de la première moitié du XIVe siècle.

Hubert Flammarion (chercheur associé, CRULH – Université de Lorraine) a mené, quant à lui, une approche régionale en s’intéressant aux rouleaux-dossiers de deux abbayes du diocèse de Langres (auj. Haute-Marne) : deux pour les Cisterciens d’Auberive et un réalisé par les Prémontrés de Septfontaines. Après les avoir décrits physiquement, il replace leurs contenus écrits en rapport avec les lieux dont ils font mention, mettant ainsi en valeur une des raisons principales de leur rédaction : le besoin pour les moines de faire valoir leurs droits. La constitution de ces petits dossiers semble accompagner un souci particulier de défense des droits liés à des forêts, attention que l’on retrouve à travers l’intervention qui suit relative à l’abbaye de Chaalis.

Le rouleau serait enclin à accueillir de petits dossiers préparatoires pour la défense des droits, comme pourrait le suggérer le cas des rouleaux de Chaalis (Oise) présentés par Marlène Hélias-Baron (Ingénieure de recherche, IRHT-CNRS). Entre les XIIIe et XVe siècles, l’abbaye cistercienne de Chaalis a produit sept rouleaux de parchemin (dont quatre contiennent des copies d’actes) mais aussi une pancarte. Les différences scripturales et les tailles variées de ces documents induisent des usages différents en réponse aux besoins des moines, notamment celui de mettre en liste des données accumulées dans la perspective de disposer aisément d’informations précises et regroupées concernant les terres et les hommes. Cette vocation pratique transparaît particulièrement avec le recours à des analyses assez développées comme c’est le cas pour les trois rouleaux-cartulaires du XIVe siècle et celui rédigé au XVe siècle.

À plusieurs reprises, ces rouleaux contenaient des informations relatives à des bois et auraient pu constituer des outils à usage interne, à Chaalis comme à Auberive. Signalons au passage, à travers ces trois présentations, la présence au sein des dossiers copiés par les Cisterciens d’actes relatifs à des situations antérieures, qui se trouvent remployés dans des dossiers relatifs à leurs droits. Il peut s’agir d’actes hérités, copiés pour établir la généalogie des propriétés, mais aussi dans le cas de Chaalis, de la copie d’un document relatif à la récupération d’un ancien prieuré par les Cisterciens précédé par un petit texte explicitant ce transfert à l’origine de la fondation de l’abbaye. Par ailleurs, à Auberive comme Chaalis, il semble que l’on ait pu aussi bien compiler des actes sur peau unique que sur des rouleaux relativement peu longs. Ce constat rejoint la proximité des usages de la pancarte et du rouleau observé pour une période antérieure en Val de Loire.

Cette question des aspects juridiques et probatoires des cartulaires-rouleaux médiévaux est ensuite approfondie à travers la seconde session du colloque en s’intéressant de plus près aux dossiers relatifs à des conflits ou dossiers de défense.

Étudiant le rouleau 3 des Archivio capitolare d’Arezzo relatif à la dispute entre les évêques d’Arezzo et de Sienne, Simone Allegria (professeur associé SAF – Istituto centrale per la patologia degli archivi et del libro, Rome) revient sur le vif débat autour de la datation du cartulaire-rouleau, en particulier de la copie de six documents de l’époque lombarde (papyri dont le copiste a signalé par des espaces les lacunes). Si le début de la copie, à la fin du IXe ou au début du Xe siècle, en fait un des plus anciens cartulaires-rouleaux d’Europe, il a reçu des additions aux XIe et XIIe siècles, puis enfin au XIIIe siècle. La description matérielle du rouleau et en particulier des coutures permet de préciser les différentes étapes de la préparation du cartulaire, mais également de saisir les motivations qui ont pu présider à chaque vague de rédaction oscillant entre la mise en sécurité de documents précieux mais aussi fragiles, une fonction probatoire à de probables fins juridiques et enfin le souci mémoriel.

Fragment opistographe d’un rouleau de la fin du XIe siècle, une peau très peu large ne contenant aucun acte et extraites des archives de Cluny fait l’objet d’une analyse fouillée par Stéphane Lafaye (chercheur associé, CRIHAM – Université de Limoges). Ce rouleau-dossier est formé de la copie d’échanges épistolaires variés concernant entre autres deux affaires d’élections contestées en Limousin à la fin du XIe siècle. Il constitue un exemple frappant des modalités de transmission des lettres missives au Moyen Âge (bien d’autres protagonistes que les destinataires des lettres pouvant les copier) contrastant avec celle des actes. Une nouvelle édition des documents va permettre de remédier à leur approche jusque-là éclatée, du fait d’éditions réalisées, depuis le XVIIIe siècle, de façon séparée, les extrayant de leur contexte. Cette nouvelle approche permet de re-contextualiser des affaires qui ne semblaient avoir aucun lien entre elles auparavant et de mettre en doute l’attribution à Cluny de la production de ce document dont les caractéristiques pourraient correspondre aux pratiques scripturaires de l’abbaye Saint-Martial de Limoges. La discussion permet d’interroger un possible usage dans l’historiographie : or, seule une partie des affaires évoquées trouve un écho chez les chroniqueurs de la région.

La matérialité des rouleaux apparaît comme un élément essentiel à la compréhension de leurs usages et, malgré la disparition du « rotulus » de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers, Cécile Treffort (PR, CESCM – Université de Poitiers) parvient à en livrer les principales caractéristiques physiques. Vu en 1786 pour la dernière fois et connu principalement grâce aux travaux de copie de Dom Fonteneau, mauriste du XVIIIe siècle, ce rouleau opistographe de huit peaux contenait la copie de dix-sept documents autour des droits de l’abbaye sur la collégiale Sainte-Radegonde de Poitiers. La sentence d’un légat pontifical de 1192 pourrait être à l’origine de la compilation constituée de sous-dossiers de conflits entre l’abbaye et les chanoines. Elle est marquée par les copies du « Testament de Sainte-Radegonde » (vers 570) et d’un capitulaire de Louis le Pieux (vers 822). Ce dernier peut être considéré comme la pièce centrale du rouleau puisqu’il établit la dépendance de Sainte-Radegonde envers Sainte-Croix, objet de conflits successifs entre les chanoines et l’abbaye reflétés par les documents transcrits. Les enjeux documentaires de ce long conflit s’enrichissent par ailleurs de la transcription, probablement à l’initiative des chanoines, d’un dossier de quatre actes (dont deux faux diplômes mérovingiens) dans un manuscrit de la Vie de sainte Radegonde.

Oscillant entre l’enquête et le recueil de documents, l’énorme rouleau d’Aurillac émane des clercs du Parlement conduisant à Aurillac une enquête judiciaire sur la querelle entre l’abbaye et la ville, lancée en 1277, interrompue rapidement et reprise en 1284. Sébastien Fray (MCF, IRHIM – Université de Saint-Étienne) nuance l’impact réel des vingt-six actes transcrits à la suite de cinquante-et-uns témoignages qui, eux, ont une valeur de preuve immédiate influencée par la procédure romano-canonique. Peut-être réalisé à la demande des consuls pour garder une trace de la demande des moines après les rebondissements du conflit en 1286, ce rouleau questionne plus largement la place de l’écrit dans la procédure judiciaire et de ses interactions avec les dépositions orales : il y avait nécessité d’apporter les actes originaux authentiques au Parlement et, par ailleurs, certaines dépositions évoquent les documents copiés.

Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS, UCLouvain / UNamur) poursuit cette exploration avec sept cartulaires en rouleau de l’abbaye Saint-Aubert de Cambrai produits entre les XIIIe et XVe siècles parmi une quarantaine d’autres documents en rouleau conservés pour cet établissement de chanoines réguliers. Courts et faciles à manipuler, ces cartulaires-dossiers contiennent la copie des quelques actes clefs à propos d’un objet particulier. Ce sont des outils pratiques qui ont été utilisés, consultés, complétés et corrigés au cours des siècles suivants. Ces petits dossiers sanctionneraient la victoire des chanoines, à l’inverse des cartulaires-codex rédigés au XVe siècle qui présentent, quant à eux, un grand nombre de copies, notamment de pièces importantes et peut-être avec un moindre degré de sélection que celui en œuvre pour les rouleaux.

Dans ses conclusions, Sébastien Barret (chargé de recherches, IRHT – CNRS) revient sur l’attention portée par l’ensemble des intervenants, malgré la variété de la documentation et des situations, sur la matérialité de l’objet-rouleau et sur la façon dont celle-ci peut être décisive pour certaines études. Les coutures et la manière de réunir les peaux, le soin apporté à la conception sont autant d’éléments matériels qui peuvent permettre, par exemple, d’envisager la chronologie du document (avec les vagues d’ajouts de peaux ou additions éventuelles) et d’affiner une analyse des contenus textuels. Peu abordée, l’analyse de leurs écritures pourrait néanmoins aider à la compréhension de leurs usages. Le choix d’une écriture de tradition diplomatique ou d’une écriture livresque par le copiste éclairerait les origines et la destination de ces documents. Plusieurs communications ont mis en valeur la place accordée aux rouleaux par leurs utilisateurs soulignant le fait que ce type de document n’est en rien inférieur au codex. Le rouleau vit comme le codex : il est utilisé, complété, commenté, bien que sa brièveté empêche le déploiement de riches annotations. Par ailleurs, si l’objet du colloque présentait une même et unique forme, celle du rouleau, il n’en demeure pas moins que les usages médiévaux en étaient divers et que les possibles rôles du rouleau ont pu évoluer. Navigant entre la gestion patrimoniale, la gestion d’archives et la gestion de conflits tout en faisant partie d’ensembles documentaires, les rôles du rouleau évoluent comme l’a mis en exergue la mixité de certains cas. Le rouleau peut parfois constituer une forme intermédiaire entre des ensembles documentaires et un résultat final que l’on possède encore ou que l’on n’a plus, mais ayant toute leur place dans leur « écosystème » documentaire.

Elodie Papin, Jean-Baptiste Renault


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search