La conservation des rouleaux du Moyen Âge à nos jours. Compte-rendu de la Table-ronde des journées ROTULUS, Angers, 14 novembre 2019

Organisées par le CRULH (Université de Lorraine) en collaboration avec les Archives départementales (AD) de Maine-et-Loire et la Bibliothèque municipale d’Angers, tenues les 14 et 15 novembre 2019 à Angers, les journées d’étude du projet ANR ROTULUS, intitulées Diversité des cartulaires-rouleaux : Approches matérielle et diplomatique d’un genre documentaire, ont été l’occasion de réunir des représentants du monde de la conservation du patrimoine et de la restauration lors d’une table-ronde sur la conservation des rouleaux du Moyen Âge à nos jours.

AD Haute-Vienne, 1 G 188, Neuf rouleaux de procédures de l’évêché de Limoges relatifs à Saint-Léonard de Noblat.

Animant cette table-ronde, Thomas Roche (directeur des AD de l’Eure) a rappelé en introduction que la bibliographie spécialisée sur la conservation et la restauration des rouleaux reste assez limitée ou largement monopolisée par le cas des rouleaux anciens (ceux de Qumran notamment). Mais l’expérience de la conservation et de la restauration d’autres types de documents (par exemple les plans anciens, qui partagent avec les rouleaux la nature du support, l’assemblage de plusieurs peaux ou feuilles et les dimensions hors normes) permet cependant de nourrir la réflexion.

Il laisse ensuite la parole aux trois intervenants qui présentent chacun leur expérience des rouleaux.

Après avoir présenté les altérations spécifiques des rouleaux en raison de leurs modes de conditionnement (entassement les un sur ou contre les autres, écrasement du rouleau sur lui-même, dégradation des bords du rouleau), Éric Laforest (chef des travaux d’art aux Archives nationales) revient sur l’un de ses récents travaux, la restauration d’un vidimus scellé du XVe siècle de la famille d’Orléans. Il s’agit d’un rouleau de six peaux de parchemin, mesurant plus de trois mètres de long, qui présentait des altérations mécaniques et auquel étaient adjointes des chartes scellées. Il explique les étapes successives de traitement, assez lourd, à partir de nombreux clichés : l’humidification, la mise en tension, la conception d’un conditionnement sur mesure, le ré-enroulement sur une âme de conservation multipliant le volume nécessaire à la conservation du rouleau par cinq.

AD Maine-et-Loire, H 3331, rouleau relatif au prieuré de Dol-de-Bretagne.
AD Aube, 3 H 30, rouleau en papier de l’abbaye de Clairvaux.

Inscription dans la salle de lecture Hélène Desgrée-Lafitte (restauratrice aux AD de Maine-et-Loire) présente ensuite son travail de restauratrice, à l’échelle plus modeste d’un service d’archives départementales. Pour mémoire, la visite du bâtiment des AD de Maine-et-Loire, qui conservent de nombreux rouleaux, était au programme du vendredi après-midi. La restauratrice souligne la différence de vieillissement entre les supports. Si le parchemin est un support plus solide que le papier qui est, lui, plus sensible aux attaques des micro-organismes et des insectes, sa forte rémanence le fragilise grandement. Cette dernière rend la consultation des documents roulés délicate et, par conséquent, leur numérisation les met en danger.

Cyril Daydé (directeur des AD de la Mayenne) aborde la question du point de vue d’un conservateur, responsable de service, confronté au problème de repérage des rouleaux, surtout lorsqu’ils ne sont pas roulés. Le recensement des rouleaux est, en effet, limité par les imperfections des outils sur lesquels il repose. Les inventaires d’archives ne décrivent pas physiquement les documents de façon systématique. Identifiés comme roulés dans les inventaires, une dizaine de rouleaux datant du XIVe au XVIe siècle sont conservés aux AD de la Mayenne. Un rouleau « clandestin » a été repéré dans les fonds. Il rappelle les multiples formes que les rouleaux peuvent prendre (roulés, pliés, mis à plat) et souligne que la problématique du rangement et de l’enroulement concerne également de larges typologies de documents (plans, affiches).

AD Côte d’Or, 1 H 1008, rouleau en parchemin de l’abbaye Saint-Bénigne de Dijon : un rouleau plié.

Dans un second temps, les participants étaient appelés à réagir autour d’une sélection de cas, préparée par Élodie Papin (ANR ROTULUS) et Thomas Roche sur la base des dépouillements effectués dans le cadre du projet ANR ROTULUS, et de plusieurs questions :

– les rouleaux se distinguent-ils par des altérations spécifiques ? Ont été évoquées les dégradations liées à l’enroulement, (par exemple l’empoussièrement ou la dégradation de la première peau sur l’extérieur), qui présentent l’intérêt de pouvoir attester de la forme de rouleau même sur des documents qui ne sont plus roulés aujourd’hui, ou à la couture. Cependant de nombreuses atteintes au document correspondent plus largement à celles qui touchent les documents sur support parchemin, très sensibles aux variations climatiques, et papier ;

– comment traiter les actes de conservation/restauration (plus ou moins) anciens ? Ils font partie de l’histoire matérielle du document et de ses usages, même s’ils ont pu le « dénaturer », comme ce fut le cas des rouleaux démontés au XIXe siècle pour pouvoir être conservés reliés ou montés sur onglets. Le principe de la restauration « moderne » est de laisser évidentes les interventions, de plus, toujours réalisées de manière à être réversibles.

– faut-il rouler les rouleaux ? à question simpliste, réponse pragmatique : un rouleau mal roulé et mal conditionné subira des altérations liées à son mode de rangement. Chaque cas est à étudier en soi, en profitant des regards spécifiques de chacun des protagonistes.

Les participants à la table-ronde, lors de leurs échanges et de la discussion avec une salle intéressée, ont d’ailleurs souligné l’importance du dialogue à établir entre le restaurateur, qui a l’expertise des supports et des méthodes d’intervention, le chercheur, de plus en plus soucieux de prendre en compte la matérialité du document, et le conservateur, à qui revient la responsabilité de la décision, fruit d’un arbitrage délicat entre possibilités techniques, enjeux scientifiques (dont le risque de perte d’information), mais aussi contraintes matérielles (coût, place, temps).

En cela, ce moment d’échanges a toute sa place dans le projet ANR ROTULUS, dont l’une des ambitions est aussi de renforcer les liens entre chercheurs et acteurs de la conservation du patrimoine. Les descriptions codicologiques au sein de la base-inventaire constitueront en effet des données fiables et utilisables par les archivistes et bibliothécaires.

Thomas Roche, directeur des Archives départementales de l’Eure,

Élodie Papin, ingénieure d’études, CRULH-Université de Lorraine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.