Codices et rotuli : les cartulaires en Aquitaine au Moyen Âge. Poitiers, 9 mai 2019. Compte-rendu

Compte-rendu de la journée d’études du programme régional AquitaniaMonastica organisée en collaboration avec le programme ANR ROTULUS à Poitiers (CESCM), le 9 mai 2019.

Limoges, Arch. dép. Haute-Vienne, H SUP LIMOGES 1 A 2.

Organisée en collaboration entre les équipes des programmes AquitaniaMonastica et ROTULUS, cette journée d’études se proposait d’explorer la rédaction de cartulaires dans l’espace aquitain au Moyen Âge, à travers ses différentes déclinaisons formelles. Il s’agissait davantage d’ouvrir des pistes sur un terrain encore relativement peu emprunté que de proposer prématurément un bilan régional. La journée est née du croisement d’interrogations communes ayant surgi au sein des deux projets de recherches : d’une part, avec la constitution d’un répertoire de sources de l’Aquitaine monastique et, d’autre part, à travers l’inventaire en cours des cartulaires-rouleaux conservés en France entrepris dans le cadre de ROTULUS.

Dans le cadre du programme Aquitania Monastica, chaire d’histoire monastique soutenue par la région Nouvelle Aquitaine sous la responsabilité de Cécile Treffort (professeur, Université de Poitiers – CESCM), divers chercheurs de Poitiers, Limoges ou Bordeaux, ont eu l’occasion de travailler sur des sources diplomatiques connues pour la région Nouvelle-Aquitaine (élargie à la Vendée, du fait des liens historiques entre le Bas-Poitou et l’Aquitaine). Si l’on excepte quelques travaux universitaires récents (ceux de K. Matsuo sur Saint-Cyprien de Poitiers, de S. Kumaoka sur Saint-Maixent et de M. Webb sur les cartulaires de l’Angoumois), les documents diplomatiques de Nouvelle-Aquitaine n’ont encore fait l’objet que de peu de travaux pour eux-mêmes, même s’ils ont pu bénéficier d’une activité éditoriale intense depuis le XIXe siècle grâce à diverses sociétés savantes, et même pour certains de traductions intégrales (par exemple Georges Pon et Jean Cabanot pour Saint-Sever). Lors de la rencontre de Poitiers, la présentation générale de Cécile Treffort a notamment permis de faire ressortir l’ampleur des pertes, car une part importante des cartulaires médiévaux n’est plus connue que par des copies modernes. Des disparités spatiales apparaissent : les diocèses d’Angoulême et Limoges semblent, en la matière, avoir été plus féconds que ceux de Saintes et Poitiers. Dans la discussion qui s’ensuit, Laurent Morelle et Chantal Senséby invitent à lier le plus possible l’approche spatiale ou régionale des cartulaires à une prise en compte systématique des liens institutionnels : la rédaction est-elle davantage influencée par les pratiques locales que par les usages de la maison-mère ? La question se pose également pour le choix du rouleau.

Dans la foulée, les deux chercheurs nancéiens impliqués dans le programme ROTULUS présentent les enjeux liés au travail d’inventaire et de description des cartulaires-rouleaux à travers le sous-corpus aquitain. En évoquant les objectifs du projet, Jean-Baptiste Renault (ingénieur d’études, Université de Lorraine – CRULH) rappelle la problématique au cœur du projet : celle de l’articulation entre une forme matérielle et une ou plusieurs typologies fonctionnelles. Inventorier les cartulaires-rouleaux permettra à terme d’affiner la chronologie de la production de ces compilations puis de la confronter à celle des autres types de recueils. L’inventaire en voie d’achèvement permet de livrer un premier constat au sujet de la région Nouvelle-Aquitaine. La chronologie des cartulaires-rouleaux aquitains se distingue nettement de celle du nord de la Loire par une certaine précocité. Presque tous les cartulaire-rouleaux connus pour la région Nouvelle-Aquitaine datent des XIIe et XIIIe siècles. Pour des régions plus septentrionales, Hauts-de-France et Grand-Est particulièrement, le recours au rouleau pour copier des actes n’apparaîtrait vraiment qu’au XIIIe siècle et plutôt dans la deuxième moitié du siècle, il est encore assez fréquent au XIVe siècle pour diminuer ensuite. L’approche spatiale ne fait que commencer ; elle devra être approfondie par exemple pour le Val de Loire, espace intermédiaire, ou la Normandie, régions où l’on retrouve la même précocité que pour l’Aquitaine, les tout premiers cartulaires-rouleaux apparaissant au XIe siècle. Autre constat, une grande majorité des cartulaires-rouleaux aquitains de cette période ont été réalisés pour des établissements bénédictins, avec une proportion non négligeable de compilations relatives à une dépendance ou une localité particulière. Assez vite, le travail d’inventaire a nécessité, en amont, une prise en compte de la matérialité des rouleaux. Un travail de description codicologique permettra de réunir, au sein d’une base-inventaire, des données fiables, complètes, exploitables et utilisables par les chercheurs. On pourra ainsi proposer à terme une reconstitution probable pour les rouleaux démontés comme celui de Sainte-Croix de Bordeaux (AD Gironde, H 516). Ce recueil, actuellement démonté en cinq sections, se distingue par des coutures avec des fils de trois couleurs (en partie conservées). Son contenu relate les problèmes survenus au XIIe siècle au sujet de la soumission des moines du prieuré de Saint-Macaire (Gironde) à travers une suite de lettres émanant d’abbés et d’évêques de la région ainsi que du pape, notamment, et permet de suivre l’évolution de l’affaire et les interventions successives de chacun.

Un autre exemple est présenté par Élodie Papin (ingénieur d’études, Université de Lorraine – CRULH) : un rouleau de la fin du XIIIe siècle contenant la transcription de pièces se rapportant au mariage d’Henri d’Allemagne (fils de Richard de Cornouailles) avec Constance, vicomtesse de Béarn, en 1269, conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques à Pau (Fonds d’Albret). Les actes copiés dans ce rouleau permettent de retracer les différentes séquences des négociations autour du contrat de mariage et de mettre en exergue l’importance politique de ce dernier, à la fois pour le vicomté de Béarn et le royaume d’Angleterre. Cet étonnant témoignage des pratiques de l’écrit dans la haute aristocratie permet d’évoquer de possibles échanges de pratiques entre l’Angleterre et la Gascogne. Le format de ce rouleau fait, en effet, tout de suite penser à celui des rouleaux de la chancellerie royale anglaise à la fin du XIIIe siècle, notamment par les dimensions de ses quatre peaux et par le type de ses coutures (au fil avec un point zigzag).

La discussion qui suit invite à resituer les rouleaux dans le contexte de la production écrite des institutions concernées, lorsque la documentation transmise s’y prête. On peut parfois tenter, en identifiant des mains, de confronter la production des chartes, des compilations en placard ou en rouleau, mais encore celle des recueils en codex.

Deux interventions permettent ensuite d’entrer dans les problèmes heuristiques posés lors de la préparation d’un inventaire. D’abord, Yoan Mattalia (docteur, Université de Toulouse – TRACES) présente un état de son inventaire en cours des nombreux cartulaires des templiers et des hospitaliers conservés au sein des archives du grand prieuré de Toulouse de l’ordre des Hospitaliers, aux Archives départementales de Haute-Garonne à Toulouse (fonds « H Malte »). Encore peu exploité, ce riche ensemble, concernant des commanderies réparties principalement dans l’actuelle région Occitanie et la partie méridionale de Nouvelle-Aquitaine, n’a pas été véritablement inventorié (on ne dispose que de répertoires sommaires). D’emblée, on observe un important mouvement de rédaction dans les commanderies dans la deuxième moitié du XIIe et la première du XIIIe siècle. Au sein du fonds toulousain, si l’importance des recueils en rouleaux est notable (8), le choix de cette forme matérielle doit être examiné avec précaution car on trouve également de nombreux cartulaires-codex de petite taille (6). On ne saurait donc conclure trop vite que le choix du rouleau soit dû au volume relativement restreint à copier. Par ailleurs, il arrive que certaines maisons aient réalisé successivement des cartulaires en codex et en rouleau. Enfin, la mise en recueil s’est aussi parfois déclinée sous des formes assez condensées et modestes avec le recours à de grandes peaux roulées portant la copie de nombreux petits actes. On trouve des rouleaux aussi bien chez les Templiers (5) que chez les Hospitaliers (3). Pour la commanderie templière de Vaour (diocèse d’Albi), on sait que le commandeur a commandé la copie et que son neveu, chanoine d’une proche collégiale régulière (Saint-Antonin au diocèse de Rodez), a été sollicité pour copier les actes. En définitive, si ces nombreux et multiples chantiers rédactionnels reflètent l’autonomie dont disposent les commanderies, on peut supposer que la mobilité du personnel et des commandeurs, d’une maison à l’autre, a pu favoriser la diffusion des pratiques et, entre autres, le recours au rouleau.

Ces premières interventions montrent bien la nécessité de conjuguer l’approche régionale à une fine contextualisation institutionnelle. Les premiers constats sur la chronologie des cartulaires des ordres militaires conservés à Toulouse laissent entrevoir de possibles rapprochements avec les espaces voisins. D’une part, les études et éditions de D. Le Blévec, A. Venturini et D. Carraz ont bien mis en exergue un mouvement de rédaction dans le bassin rhodanien au cours du derniers tiers du XIIe et du premier tiers du XIIIe siècle environ. D’autre part, s’il peut y avoir un élan au sein des ordres militaires, on ne peut exclure que des pratiques déjà bien ancrées régionalement aient pu, quant à elles, favoriser le choix du rouleau : en Nouvelle-Aquitaine on retrouve une chronologie similaire, avec une certaine fréquence chez les bénédictins au XIIe siècle, mais aussi des exemples plus précoces au XIe siècle (à Saint-Martial de Limoges notamment).

Ensuite, Cécile Treffort évoque les problèmes méthodologiques posés par les rouleaux disparus mais connus à travers les témoignages ou copies d’érudits. Également concernés par le travail d’inventaire mené dans le cadre de ROTULUS, ces rouleaux perdus ne pourront bénéficier du même systématisme que les rouleaux conservés. Leur découverte est parfois fortuite. Les témoignages modernes sont souvent peu diserts à propos des caractéristiques matérielles. Voulant avant tout transmettre le texte des documents, des érudits comme dom Fonteneau ou dom Estiennot n’ont accordé que peu d’attention à la forme donnée à la compilation. Toutefois, il peut arriver qu’en recoupant les témoignages de plusieurs érudits l’on puisse reconstituer le contenu d’un cartulaire-rouleau et l’ordre des actes. C’est le cas du cartulaire-rouleau appelé sous l’Ancien Régime « Testament de sainte Radegonde ». S’ouvrant effectivement par le testament de la sainte, ce rouleau renfermait la copie d’actes relatifs à la collégiale Sainte-Radegonde de Poitiers, établissement dépendant de l’abbaye féminine Sainte-Croix de Poitiers.

C’est aussi à une démarche de reconstitution que nous invite ensuite Thomas Deswarte (professeur, Université d’Angers – TEMOS UMR 9016 CNRS) en évoquant les cartulaires du prieuré de Montazais dont il a entrepris l’édition, en collaboration avec Georges Pon. Montazais est prieuré fontevriste, au diocèse de Poitiers, mentionné dès 1124-1127. Le cartulaire A, disparu, a sans doute été rédigé au milieu du XIIe siècle. Connu par la transcription qu’en fit L. Faye au XIXe siècle, il contient 26 documents situés entre 1119 et 1140. Le cartulaire C, copié au début du XVIe siècle, conservé quant à lui, couvre une période plus large, entre 1119 et 1210. Ces cartulaires nous transmettent des documents dont les originaux ont disparu et qui appartiennent tous à la catégorie de la notice, sauf quatre chartes du cartulaire C rédigées en style subjectif. Ils ne contiennent aucun privilège, aucun acte ancien et prestigieux. Bien que certaines notices de A apparaissent dans C, leur dépendance n’est pas certaine. Ces deux cartulaires ont été réalisés dans une optique gestionnaire à partir d’actes continués, de notices cumulatives et de pancartes figurant dans les archives de ce petit prieuré.

À partir de l’étude du petit cartulaire-rouleau de Villejoubert (Charente), du prieuré de Saint-Amant-de-Boixe (situé à 4 kilomètres de son abbaye-mère), Anaël Vignet (doctorant, Université de Poitiers – CESCM) nous ouvre à une réflexion sur les chantiers rédactionnels menés au XIIIe siècle au sein de ce monastère dont le temporel s’étendait sur un rayon assez limité, au sein du diocèse d’Angoulême. Le rouleau de Villejoubert (deux peaux, 80 cm de long sur 19 cm de large) recèle un contenu étonnamment proche de celui d’une section du cartulaire-codex de l’abbaye entrepris au XIIIe siècle mais que l’on ne connaît que par une copie moderne (même titre et même ordre des actes), ce qui invite à s’interroger sur de possibles filiations entre les compilations. Aurait-on employé le rouleau lors de la composition du codex ? Des indices favorisent plutôt l’hypothèse inverse : celle d’une transcription du rouleau à partir du codex car on peut identifier pour celui-ci une possible première vague de rédaction au XIIe siècle intégrant des titres analogues à celui apparaissant pour la section de Villejoubert. Cette étude de cas invite à interroger la tradition documentaire des compilations documentaires elles-mêmes et à imaginer, dans certains cas, de possibles liens entre les cartulaires-rouleaux et des recueils plus généraux, le plus souvent en codex.

Autre effort de reconstitution, celle des compilations de l’abbaye de Solignac (Haute-Vienne) est présentée par Laura Viaut (MCF, Université Paris-Sorbonne). On connaît pour Solignac les éléments de ce qui devait constituer un cartulaire-codex double, un rouleau constituant un dossier de défense et un autre rouleau mutilé qui commence par l’acte de fondation de l’abbaye. On conserve de façon séparée quatre fragments de codex et parmi eux des passages en double qui suggère l’existence d’au moins deux recueils du XIIe siècle. L’un des deux rouleaux est actuellement fragmentaire : il comporte la copie de l’acte de saint Éloi et d’un acte du pape Marin. Actuellement, il est impossible d’interpréter tout-à-fait la raison d’être de ce rouleau, par rapport aux autres compilations. On ne peut savoir, hélas, si l’acte de fondation et la bulle du pape Marin était copiés dans l’un des cartulaires. L’autre rouleau possède une logique bien différente, il s’agit d’un dossier de défense, l’ensemble des actes qui y sont copiés concerne les démêlés avec la collégiale de Saint-Yrieix pour la possession d’une église.

On retrouve des documents du monastère de Solignac sur une petite compilation en placard conservée pour un prieuré de Cluny en Limousin : Moustier-Ventadour (et autrefois qualifiée de rouleau par Léopold Delisle). Stéphane Lafaye (chercheur associé, Université de Limoges – CRIHAM), auteur d’une thèse sur l’implantation clunisienne en Aquitaine, présente les affaires ayant pu motiver la constitution de ce dossier sur un petit parchemin (40 cm de haut sur 22 de large environ). Cinq actes sont copiés, au recto puis au verso, selon un ordre chronologique. Ils concernent un litige entre les moines de Cluny et ceux d’Uzerche, soulevé à propos de la possession de la forêt de Manzanne et d’autres biens. Deux documents copiés seraient issus du fonds de l’abbaye de Solignac, également impliquée dans l’affaire, mais l’un deux est un diplôme interpolé de 872 favorisant in fine les prétentions clunisiennes. Cette compilation, conservée au sein du fonds de Cluny à la BnF (Bourgogne, 79, n° 195), semble avoir été réalisée en Limousin pour transmettre le dossier à l’abbaye-mère. Elle reflète les luttes d’influences entre les réseaux monastiques.

Enfin, Cécile Treffort présente le cas du rouleau de l’Abbaye aux Dames de Saintes, établissement fondé en 1047 par Agnès de Bourgogne et le comte d’Anjou Geoffroi Martel. Alors que le cartulaire-codex de l’abbaye a été détruit (mais après avoir été édité), ce rouleau a refait surface et a été récemment acquis par les Archives départementales de Charente-Maritime. Le premier document copié est relatif aux droits de justice de l’abbaye bafoués par le représentant du roi à Oléron. Sa copie a peut-être entraîné la copie de plusieurs actes royaux suivants (notamment une confirmation du droit de monnayage octroyé par le roi à l’abbaye). La grande qualité du traitement graphique des lettrines et du monogramme de Louis VII suggère plutôt une production à l’abbaye, pour laquelle plusieurs témoignages permettent d’envisager une certaine activité de production livresque.

En somme cette journée a permis d’ouvrir de multiples questionnements, notamment en décentrant quelque peu le regard sur les seuls cartulaires-codices. Premièrement, elle a montré – après des enquêtes menées par exemple en Languedoc, Normandie, Bourgogne et Lorraine – l’intérêt de l’approche régionale du phénomène de mise en recueil des actes. Si cette démarche permet parfois de faire ressortir quelques traits saillants, elle gagne toutefois à s’accompagner d’une prise en compte minutieuse des aspects institutionnels et humains. Si les commanderies sont autonomes dans la gestion de leurs archives, les pratiques ont pu se diffuser au gré de la circulation des individus. Les rapports de dépendances dans le monde bénédictin, quant à eux, ne doivent pas nous faire préjuger de la paternité des initiatives car de multiples scénarios possibles ont pu donner lieu à la rédaction d’un cartulaire-dossier relatif à un prieuré ou à une propriété. Plus difficile à saisir serait la possibilité d’une influence entre maisons non liés par des liens institutionnels. Le cas de l’émulation, ou pour le moins du net parallélisme observé dans le Midi entre Templiers et Hospitaliers, permet d’envisager cette possibilité. Deuxièmement, il est apparu indispensable de replacer les rouleaux au sein de la chaîne documentaire en examinant le rapport aux originaux et en considérant la possibilité d’articulations entre les cartulaires-rouleaux et d’autres compilations sur de simples feuilles ou sur des codex, des petites unités ou des recueils plus généraux. Troisièmement, l’attention aux formes matérielles (fabrication, coutures, mais aussi atteintes ultérieures…) ainsi qu’à la mise en œuvre et mise en page de la compilation (choix d’une copie condensée en fonction d’un espace resserré, apport de rubrication, soin apporté aux lettrines ou signes graphiques…) a permis, à plusieurs reprises, d’apporter des informations complémentaires qu’il conviendra de glaner à l’occasion du travail de dépouillement et de description. Ainsi, par exemple pour comprendre le choix du rouleau pour copier des dossiers d’actes relatifs à une affaire ou à un conflit, spécialisation mise en évidence pour plusieurs rouleaux présentés, les caractères externes et l’impact visuel sont à prendre en compte pour tenter de comprendre la vocation et de possibles usages de ces petits cartulaires-dossiers (aide-mémoire à usage interne ou dossiers de défense pouvant être produits ?). Autant de directions à suivre que nous nous proposons d’explorer et d’interrogations que nous souhaitons approfondir, notamment lors des prochaines rencontres du projet ROTULUS.

Jean-Baptiste Renault
avec la collaboration d’Élodie Papin et Cécile Treffort et la participation de Thomas Deswarte, Stéphane Lafaye, Yoan Mattalia, Laura Viaut et Anaël Vignet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.